Ça s’est passé un dimanche 13 décembre 1936

L'Intransigeant 13.12.1936 11. Que dit le titre? De quel journal est tiré cet article?

Cet article intitulé “il faut encore chercher Mermoz” est signé par Antoine de Saint-Exupéry. Il paraît dans l’Intransigeant du 13 décembre 1936. Ce quotidien français, créé en 1880, relaie les idées de la droite nationaliste et tira jusqu’à 400000 exemplaires dans les années 1920. Il cessera ses publications en 1940, après la débâcle.

2. Quelle est la date de l’article?

L’article de Saint-Exupéry est publié 6 jours après que “La Croix-du-Sud” que pilotait Jean Mermoz a disparu des radars, à 800 km des côtes du Sénégal. L’aviateur et ses quatre membres d’équipage devaient rallier Natal, au Brésil. Mermoz effectuait sa 24ème traversée de l’Atlantique, à deux jours de son trente-deuxième anniversaire.

L’auteur de Courrier Sud et de Vol de Nuit (Le Petit Prince ne paraîtra qu’en 1943) s’insurge contre le fatalisme qui semble entourer les recherches entreprises depuis 4 jours. Il veut encore croire à un amerrissage et reprend l’ultime message radio envoyé par l’hydravion “coupons moteur arrière droit”  pour en livrer une analyse technique – l’absence manifeste de SR est d’ailleurs à noter tout au long de l’article et du journal (on peut lire “moteur arrière trois”) . Pour conjurer le sort, il énumère quelques exemples d’accidents à l’issue heureuse – dont certains le concernent directement.

Si Antoine de Saint-Exupéry et Jean Mermoz ne partagent pas les mêmes idées politiques, ils sont “liés pour la vie” par l’aventure de l’Aéropostale. En 1929, ils ont contribué ensemble, et avec quelques autres, au développement de la compagnie en Amérique du Sud, jusqu’en Patagonie. Dès 1933, Saint-Ex a débuté la rédaction d’une série d’articles sur son ancien compagnon d’épopée dans l’Atlantique Sud. Il raconte son histoire, des début chez Latécoère aux vols de nuit au-dessus de la Cordillère des Andes, en passant par la première liaison postale transocéanique le 12 mai 1930.

3. Cet article reflète-il une opinion politique de l’époque?

Ces aviateurs, parfois poètes, toujours aventuriers, sont considérés comme des héros des temps modernes et érigés en modèles de courage et de volonté. En France, quand on apprend la nouvelle, l’émotion est grande. Personne ne veut croire à la disparition de celui qu’on surnommait “l’Archange”. Aussi, l’article du 13 décembre 1936 paraît-il en une de l’Intransigeant, aux côtés d’un autre événement qui devait marquer l’Histoire: la proclamation de l’avènement du roi George VI, suite à l’abdication d’Edouard VIII.  Un deuxième article paraît dans ce même numéro sur la disparition de “La Croix-du-Sud”. il dément et condamne les rumeurs selon lesquelles l’hydravion aurait été découvert au large du rocher Saint-Pierre (renommé Saint-Paul en page 3!) .

4. Si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter autre chose au sujet de cet article ou de ce journal (ex. édition spéciale, limitée, etc.).

Après la disparition de “La Croix-du-Sud” le 7 décembre 1936, Saint-Exupéry rédige plusieurs articles dans lesquels il loue le courage et l’engagement de celui qui avait dit “je ne voudrais mourir qu’en avion”. La “Croix-du-Sud” n’a jamais été retrouvée. Son équipage aura droit à des funérailles nationales, le 30 décembre 1936. Un an plus tard, Saint-Exupéry qui disparaîtra lui-même en vol en 1944, rendait un dernier hommage à son ami: “il ne décollait pas, Mermoz, il se délivrait de la boue”.

Merci a Claire Bertrand, BnF

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*